Les pharmaciens “doivent être des auxiliaires de la santé”

22 janvier 2015

ORAN- Le président de la section ordinale régionale des pharmaciens de l’Ouest, a estimé, samedi, à Oran, que les pharmaciens “doivent être des auxiliaires de la santé et pas seulement des gérants d’officines”.

“La SORP oeuvre pour que le pharmacien d’officine ne soit pas seulement un simple revendeur de médicament mais un auxiliaire de la santé qui peut orienter un malade, venu mesurer son taux de glycémie ou son hypertension vers une structure spécialisée”, a déclaré, à l’APS, le président de cette section, le Dr. Chakib Berrezoug.

Le même responsable a ajouté, en marge de la 3ème journée scientifique, mise sur pied à Oran, que sa section “oeuvre à assurer une formation continue et à longueur d’année, aux pharmaciens qu’ils exercent au niveau des officines, ou des hôpitaux ou dans les créneaux de la production ou de la distribution“.

“Le rôle du pharmacien est en train de se développer et sa responsabilité devient de plus en plus grande et le challenge de la SORP est de devenir un partenaire social spécifique incontournable”.

Les participants à ces journées, venus d’Oran, Mostaganem et Mascara, ont débattu de plusieurs thèmes retenus par un comité scientifique de la Section.

Il s’agit de l’assurance qualité industrie pharmaceutique, l’assurance qualité biologique médicale, la HTA et risque cardio-vasculaire, le traitement du diabète de type 2, l’impact des résistances bactériennes aux antibiotiques et enfin les médicaments psychotropes.

Parallèlement aux communications, une vingtaine de fabricants de médicaments, de laboratoires, d’assureurs et une banque étrangère ont pris part à une exposition de produits et services offerts.