Catégorie : Actualité

10 février 2015

En 2014, la facture d’importation de produits pharmaceutiques s’est élevée à 2, 6 milliards de dollars, a rappelé le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop), Abdelwahid Kerrar, lors d’une conférence de presse aujourd’hui à Alger.

Le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) le Dr Abdelwahid Kerrar, a affirmé dimanche à Alger que le niveau de consommation de médicaments en Algérie atteindra 5,7 milliards de dollars à l’horizon 2018.

Le niveau de consommation des médicaments en Algérie est appelé à augmenter d’année en année pour atteindre 5,7 milliards de dollars à l’horizon 2018, a indiqué le responsable dans une conférence de presse organisée pour soulever les problèmes de l’industrie pharmaceutique nationale.

Dr Kerrar qui s’est appuyé sur des données de l’institut américain des statistiques a estimé qu’il s’agissait d’une situation ” normale”, invitant les médias à analyser le marché national du médicament en termes de production et d’importation plutôt que de se contenter de relayer les chiffres du centre national des statistiques relevant des douanes qui présente une facture englobant tou

6 février 2015

ALGER – L’industrie pharmaceutique nationale a connu, ces dernières années, un engouement “exceptionnel” en matière d’investissements, avec pas moins de 151 unités de production en phase de construction, en plus des 80 déjà opérationnelles, a indiqué le président de l’Union nationale des opérateurs en pharmacie (UNOP), Abdelouahed Kerrar. “Notre filière a connu ces dernières années un engouement exceptionnel en matière d’investissements, puisque ce ne sont pas moins de 151 unités de production nouvelles qui sont actuellement en phase de construction, en plus des 80 déjà opérationnelles”, a affirmé M. Kerrar dans un entretiens à l’APS. Il a relevé, toutefois, le fait que les autorités compétentes “n’aient pas pris la mesure des efforts d’organisation qui leur incombent pour canaliser, orienter et encadrer efficacement tous ces investissements anciens et nouveaux et pour leur permettre de prospérer et de servir au mieux l’économie du pays”. Le président de l’UNOP a cité, à ce propos, comme exemple, le système d’enregistrement, “qui, a-t-il dit, ploie déjà sous la charge, aujourd’hui même, risque à coup sûr de constituer un goulot d’étranglement au cours des prochaines années, si des mesures radicales de remise en ordre ne sont pas prises”. “Il en va de même du contrôle de la qualité, du système des prix et de tous les autres aspects touchant à l’encadrement d’une filière en plein

Posted in Pharmaceutique
6 février 2015

C’est une filière à part dans l’univers malade de l’industrie algérienne. De tous points de vue, elle ne répond pas aux canons habituels de gestion de notre économie. La filière de production du médicament est bien l’une des rares où le secteur de l’informel n’a pas pris pied.C’est sans doute la seule qui fait l’objet d’un contrôle strict de la part des autorités publiques : les prix y sont étroitement encadrés, à la production, à l’importation et dans la distribution.Avant d’entrer en activité, toute unité de production ou de distribution fait l’objet d’un contrôle préalable. Il en va de même de tout nouveau produit mis en marché, dont la qualité et les conditions de fabrication sont vérifiées au niveau même des ateliers d’entreprise.

La traçabilité de tous les produits mis en marché est effectivement assurée d’un bout à l’autre du circuit de distribution. La filière du médicament est également la seule où le principe, consacré pourtant dans une loi de finances complémentaire publiée en 1990 et consistant à lier ouverture commerciale et obligation d’investir, a été effectivement appliqué. Et, le plus remarquable, c’est que cette filière, malgré qu’elle se plaigne comme toutes les autres d’étouffer sous la bureaucratie, se développe bel et bien. Si l’on en croit une étude réalisée pour le compte du ministère de l’Industrie par deux universitaires

Posted in Pharmaceutique
6 février 2015

L’objectif fixé par le ministère de la Santé de produire d’ici la fin de l’année en cours 70% de la consommation nationale semble difficile à atteindre, affirment à L’Éconews des producteurs nationaux, rencontrés à l’occasion de la 9ème édition du Salon international de la pharmacie et de la parapharmacie (SIPHAL) qui se tient actuellement au palais des expositions des Pins maritimes (Alger).   La production des médicaments en Algérie est confrontée à plusieurs entraves liées à des dysfonctionnements qui engendrent parfois des pénuries. Les différents problèmes que rencontrent les producteurs sont liés à des contraintes bureaucratiques, désorganisation du réseau de distribution. Le directeur des ventes du groupe KPMA, spécialisé dans la production pharmaceutique, Salim Fadla pointe de doigt « la mauvaise gestion et la faillite de la tutelle dans le redressement du secteur ». Selon lui, rien que pour obtenir l’enregistrement d’un produit au niveau du ministère de la santé, il faut attendre entre une à deux années. Une attente, explique-t-il, qui peut compromettre la compétitivité du produit, compte tenu de la rude concurrence qui existe sur ce marché. Les producteurs sont également confrontés à des obstacles pour l’importation de la matière première. Selon M. Fadla l’importation des composants nécessaires à la production

Posted in Pharmaceutique
22 janvier 2015

EL-OUED- près de 400 praticiens prennent part aux cinquièmes journées médicochirurgicales d’El-oued, qui ont débuté jeudi à la maison de la “Mohamed Lamine Lamoudi”. Quelque 200 médecins généralistes et autant de praticiens spécialistes, dont 25 ayant le rang de professeur venus de différents hospitalo-universitaires du pays, animent cette manifestation scientifique destinée à un échange d’expériences et de connaissances concernant diverses questions médicochirurgicales. Ces journées, qui entrent dans le cadre de la formation des praticiens, comportent deux aspects, l’un théoriques à travers des conférences et exposés, et l’autre pratique portant sur des interventions chirurgicales sur des cas de malades, du diagnostic à l’exécution du geste chirurgical, selon les organisateurs. Au programme pratique, sont prévues seize interventions chirurgicales sur des patients démunis, devant permettre la pose de prothèses du genou et du fémur à quatre malades, et des interventions par endoscopie à douze autres présentant des cas d’hernies diaphragmatiques. Le volet académique prévoit la présentation par de professeurs de 25 conférences sur les nouveautés en matière de recherches médicales et les domaines de leurs utilisations, médicale et chirurgicale, concernant des pathologies telles que le diabète, les neuropathologies, la pédiatrie, la médecine légale et les maladies contagieuses. Troi

Posted in Actualité
22 janvier 2015

ALGER – Une commission mixte regroupant des représentants du ministère de la Santé et ceux du Forum des chefs d’entreprises (FCE) sera créée pour examiner les moyens de faciliter l’investissement dans l’industrie pharmaceutique, a indiqué mercredi à Alger le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf. Cette commission doit se réunir mensuellement pour recenser les problèmes et les contraintes rencontrés par les investisseurs, la finalité étant d’encourager la production nationale, a expliqué le ministre à l’issue d’une rencontre avec le président du FCE Ali Haddad. Il a rappelé à cette occasion la décision de son département ministériel d’interdire l’importation des médicaments fabriqués localement en quantités suffisantes. Cette décision vise à réduire la facture des importations de médicaments, qui avait atteint 2,27 milliards de dollars durant les 11 premiers mois de 2014, en hausse de 14,64% par rapport à la même période de 2013. Elle tend également à encourager la production nationale dans la perspective de couvrir 70% des besoins du marché national à l’horizon 2017. Par ailleurs, le président du FCE a mis l’accent sur la nécessité de “prioriser, encourager et aussi améliorer la qualité du produit national pour diversifier l’économie nationale et réduire la facture d’importation de biens et services”. Il estime que l’administra

Posted in Pharmaceutique
22 janvier 2015

“Pour lutter contre la surfacturation en matière d’importation de médicaments, par exemple, le gouvernement encourage la production nationale”, a déclaré dans ce sens M. Sellal. “Des instructions ont été données au groupe pharmaceutique Saidal à l’effet d’augmenter la production de médicaments”, a ajouté le Premier ministre qui a également évoqué un appel d’offres international, lancé par la société Sonelgaz pour l’acquisition d’équipements et de consommables, qui a été annulé car les produits concernés étaient fabriqués par des usines algériennes. Pour le Premier ministre ces mesures s’inscrivent dans une nouvelle vision définie par le gouvernement au profit de l’économie nationale à travers la maîtrise des dépenses publiques, l’encouragement de la production locale et des investissements étrangers.

Posted in Actualité
22 janvier 2015

ORAN- Le président de la section ordinale régionale des pharmaciens de l’Ouest, a estimé, samedi, à Oran, que les pharmaciens “doivent être des auxiliaires de la santé et pas seulement des gérants d’officines”. “La SORP oeuvre pour que le pharmacien d’officine ne soit pas seulement un simple revendeur de médicament mais un auxiliaire de la santé qui peut orienter un malade, venu mesurer son taux de glycémie ou son hypertension vers une structure spécialisée”, a déclaré, à l’APS, le président de cette section, le Dr. Chakib Berrezoug. Le même responsable a ajouté, en marge de la 3ème journée scientifique, mise sur pied à Oran, que sa section “oeuvre à assurer une formation continue et à longueur d’année, aux pharmaciens qu’ils exercent au niveau des officines, ou des hôpitaux ou dans les créneaux de la production ou de la distribution”. “Le rôle du pharmacien est en train de se développer et sa responsabilité devient de plus en plus grande et le challenge de la SORP est de devenir un partenaire social spécifique incontournable”. Les participants à ces journées, venus d’Oran, Mostaganem et Mascara, ont débattu de plusieurs thèmes retenus par un comité scientifique de la Section. Il s’agit de l’assurance qualité industrie pharmaceutique, l’assurance qualité biologique médicale, la HTA et risque cardio-vasculaire, le traitement du diabète de type 2, l’impact des résistances bactéri

22 janvier 2015

ILLIZI – Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a affirmé, vendredi dans la wilaya d’Illizi, que 42% des acquisitions de médicaments auprès de la pharmacie centrale des hôpitaux sont destinés à la prise en charge de la pathologie du cancer. S’exprimant lors de la visite de l’établissement public de santé de proximité d’In-Amenas (240 km au nord d’Illizi), le ministre a mis en avant les efforts colossaux déployés pour la lutte anti-cancer et ayant permis, a-t-il dit, de surmonter “totalement” la problématique et la pression sur le traitement par chimiothérapie à l’échelle nationale. M. Boudiaf a fait état, dans le même cadre, de l’élaboration d’un plan global de lutte anti-cancer s’étalant sur la période 2015-2019. Concernant la wilaya d’Illizi, le ministre a annoncé l’introduction de nouvelles spécialités médicales à la réception de l’hôpital 60 lits d’In-Amenas, qui viendra s’ajouter à l’hôpital existant actuellement, dans le but de renforcer et d’améliorer les prestations de santé offertes dans la région. Il a également instruit les parties concernées afin d’établir une fiche technique des équipements médicaux non disponibles présentement au niveau de cette structure et qui seront, a-t-il dit, pris en charge prochainement. Il a également mis l’accent sur la nécessité de veiller à la formation continue des praticiens, signa

Posted in Actualité
22 janvier 2015

ALGER – Le Premier ministre Abdelamalek Sellal a affirmé mercredi que le gouvernement maintiendra la réalisation des projets de développement socio-économique, notamment ceux relatifs aux infrastructures de base (logement, santé, éducation, électricité, eau, gaz…) en dépit de la baisse des recettes en devises”. “L’Etat maintiendra la réalisation des différents projets liés aux secteurs de l’Habitat, de la Formation, de l’Education ainsi que de l’électricité et de l’eau” a déclaré le Premier ministre qui était l’invité de l’émission “Hiwar Essaa” (Débat de l’heure) de la Télévision algérienne rappelant la distribution, en 2014, de près de 320.000 logements. “L’Etat algérien maintiendra le pouvoir d’achat du citoyen et consacrera la souveraineté de ses décisions économiques”, a souligné M. Sellal ajoutant que l’Etat “ne compte pas revenir sur les principes sociaux, notamment la règle des 49/51”. Il a mis également en avant l’importance de rationaliser les dépenses publiques. “L’Etat encouragera les investissements qui nous aideront à nous mettre à l’abri de la dépendance aux hydrocarbures et à édifier une économie forte à la hauteur des aspirations de nos citoyens”, a encore soutenu M. Sellal. Il a fait savoir également que le gouvernement “continuera à soutenir l’emploi des jeunes et que sa politique ne changera pas, en dépit de la chute des prix du pétrole sur le marché mondi

Posted in Actualité